29 déc. 2011

Comment reconnaître un touriste à Lille ?


En cette fin d’année, la ville de Lille est en fête : marché de Noël, grande roue, décorations lumineuses… de quoi attirer des touristes. Au hasard d’une promenade dans la capitale des Flandres, je les ai observés et écoutés. Extraits :

Un homme se fait photographier par sa compagne, près de la grande roue de la Grand Place, vérifie rapidement sur l’écran numérique si le cliché est correct, puis déclare à sa compagne/épouse : « Bon, c’est bon, maintenant, on va photographier le Carlton. »
Pour rappel, le Carlton n’est pas un édifice à visiter à Lille. C’est juste un hôtel comme un autre. Sinon, vous pensez bien que l’Office du tourisme aurait exploité le filon !

Dans une rue, à quelques encablures de la Grand Place, quatre personnes forment un cercle sur le trottoir, tel un cordon de sécurité. Les passants ralentissent le pas, contournent le blocus, et certains osent jeter un œil pour analyser la scène. Les vigiles du jour semblent anglais et font signe aux piétons de continuer leur route. Alors que j’approche, un des anglais me désigne le trottoir du doigt en proclamant un « Be careful ! » compréhensible, même si on a un niveau d’anglais de collège. Au sol, une crotte de chien toute fraiche attend que le cinquième acolyte ne ramène un sac. Moralité : les touristes sont plus propres que les autochtones.

Enfin, il y a ceux qui restent plantés benoîtement devant une rangée de V’Lille (système de vélos de location lillois), et qui, au bout de dix minutes qui paraissent une éternité, ont une illumination et s’écrient : « Aaaaahhh… c’est comme les Vélib à Paris ! Waouh ! ». A ceux-là, je n’ai pas osé leur montrer notre métro sans chauffeur, ils étaient déjà suffisamment sous le choc comme ça.

5 déc. 2011

Bref, j'ai acheté un sapin

Bref. C'est bientôt Noël, alors je suis allée acheter un sapin dans mon magasin préféré, dans un chapiteau installé pour l'occasion.
Un sapin suffisamment beau pour pas être ridicule, mais suffisamment bon marché pour mon porte-monnaie.
Le vendeur m'a demandé : "J'peux vous aider ?"
J'ai dit : "Je voudrais un sapin." ça tombe bien, ils vendaient que ça, dans le chapiteau.
Il me dit : "Vous voulez un fin ou un touffu ?"
- je sais pas, je veux un  sapin.
Il n'a pas ri.
Puis il me demande : "Vous voulez un épicéa ou un nordmann ?"
- nordmann
- Je vous mets un pied en bois pour l'installer ?
Et là je pense : "Oui, parce qu'il ne va pas tenir tout seul". Finalement, je dis oui, et j'en ai pour 24 euros. Ils sont forts pour la vente additionnelle.
24 euros. C'est, selon Jean-Pierre Pernauld, le prix moyen d'un sapin cette année.
Cool. J'aime bien être dans la moyenne.
- J'vous l'mets dans vot' voiture madame ?
- oui, merci.
Il a mis le sapin dans la voiture, puis il m'a regardé, il a regardé le sapin, je l'ai regardé, puis j'ai regardé le sapin, et il m'a dit :
- euh, madame, ça rentre pas, faut ouvrir le carreau, sinon la pointe du sapin, elle passe pas."


J'ai donc roulé avec un carreau ouvert, et j'ai eu froid.


Bref, j'ai acheté un sapin.

8 nov. 2011

Volkswagen protège les hérissons

Depuis une semaine, une publicité un peu curieuse montrant des hérisons dans une forêt noire attise ma curiosité. Les petites bestioles, qui se précipitent en groupe vers un tronc d'arbre, me font penser à Ernie, la mascotte des éponges Spontex.



Mais il n'en est rien.
Depuis hier, j'ai découvert le pot aux roses. Je vous dévoile donc le nom de l'annonceur : Volkswagen !
Le nouveau modèle dispose de l'ESP, un correcteur électronique de trajectoire, qui n'écrase plus ces charmantes petites bêtes pleins de puces.
On arrête pas le progrès...

Les noces d'or en 2061

Dans mon dernier billet, j'expliquais que les célébrations de noces d'or (50 ans de mariage) sont amenées à disparaître.  Les gens se marient de moins en moins, mais sutout de plus en plus tard.
En supposant qu'un couple se marie cette année, en 2011, à l'âge de 20 ans, voici ce que donnerait la cérémonie en 2061.

Kevin et Marine se sont mariés en novembre 2011, à la mairie de Lille. Kevin a rencontré Marine à l'été 2010 sur le réseau social Facebook, grace à des amis communs. Au début, Marine a répond timideent à ses messags par des pokes, puis ils ont correspondu via la messagerie instantanée.
Nous avons retrouvé un extrait, dans un ancien disque dur de l'époque :
- sa va  
- oui et toi ?
- ou sa va. Tu fais koi ?
- rien
- ah, lol
- tu veu aller au ciné demain ?
- non, j'peux pas, j'suis alcatraz.
Finalement, ils se sont revus lors d'un Flash-mob et ne ne sont plus quittés depuis.
Kevin a eu une carrière professionnelle diversifiée, avec 25 employeurs différents, et vient de faire valoir ses droits à la retraite, pour ses 70 ans. Marine le rejoindra dans quelques temps, quand elle aura tous ses trimestres.

J'espère être très loin de la vérité...

4 nov. 2011

Les noces d'or en 2011

Cette année, j'ai assisté à un certain nombre de cérémonies de noces d'or, pour en tirer des articles. Il m'est même arrivé d'assister à des noces de diamant, voire de palissandre. C'est le moment de traduire, pour les non-avertis.
Noces d'or : 50 ans de mariage
Noces de diamant : 60 ans de mariage !
Noces de palissandre : 65 ans de mariage !!!
Il manque donc à mon palmarès des noces de platine (70 ans), mais cet événement est rarissime.

Ce qui me plaît, dans ce genre d'exercice, c'est de découvrir l'histoire du couple et de la rédiger, avec des mots justes. En général, c'est : "Ils se sont rencontrés au dancing, Monsieur a invité Madame à danser, et depuis, ils ne se sont plus quittés." C'est parfois beaucoup plus surprenant : "Monsieur venait courtiser Madame et jetait des cailloux sur la fenêtre de sa chambre pour attirer son attention." Ou carrément romantique : "Ils se sont rencontrés sur un quai de gare, Monsieur partait à l'armée, mais ils ont correspondu durant de longs mois."
Mais l'autre jour, alors que la cérémonie tardait à démarrer, que la famille et amis des jubilaires patientaient en chuchotant dans une salle surchauffée, je me suis mise à rêvasser, conséquence d'un manque de sommeil dû à une soirée festive la veille. Je me suis imaginé ce que deviendraient ce genre de commémorations dans 40 ou 50 ans, avec des personnes qui se marient de moins en moins, ou de plus en plus tard.

Réponse dans un prochain billet....
A suivre !

19 oct. 2011

Brèves de piscine

- Non mais c'est quand même dingue, ça, de devoir attendre autant de temps !
- oui, c'est vrai, c'est pas marrant.
Après la séance d'aquagym, je suis assise sur un banc à l'entrée de l'établissement, et tout en me chaussant, j'écoute la conversation de deux femmes d'un certain âge, assises à côté de moi.
- Et puis j'ai demandé pour y aller plus tôt,  mais ce n'était pas possible !


- Ah oui, ça devient dramatique, acquiesce la copine.
- En plus je vais là depuis des années, tu te rends compte, même maintenant que j'ai déménagé plus loin.
- ah oui ? interroge l'amie pas contrariante. Tu devrais changer, c'est tout.


Je ne tenais pas à me mêler à cette conversation privée, mais je comprenais le désarroi de cette dame. Dans notre région, les rendez-vous médicaux chez les spécialistes sont de plus en plus difficiles à obtenir rapidement. Et il faut parfois s'armer de patience, et se résigner à attendre. Une fois mes affaires rangées dans le sac, je m'apprête à partir, quand j'entends la conclusion de cet échange :
- Bah oui t'as raison, si ça continue je vais changer de coiffeur pour me faire ma couleur !


Raté.

5 oct. 2011

Un éléphant, ça trompe énormément


Deux fois par an, je lave mon auto dans une station de lavage spécialisée.
Deux fois par an, c’est le minimum syndical que je m’impose, une fois après l’hiver, une fois après l’été. J’aime bien ma voiture, mais de là à l’astiquer toutes les semaines, non.
Pour effectuer cette besogne, je me rends dans une enseigne connue, représentée par un pachyderme de couleur. J’insère un euro, et j’asperge généreusement mon petit véhicule de produit de lavage, avec leur pistolet haute-pression. J’ai à peine le temps de faire le tour de la voiture que le jet s’arrête brutalement.
Hop, un euro, et je savonne les derniers centimètres manquants. Retour rapide sur le tableau de bord de la machine, pour passer au rinçage, et j’opère une circonvolution rapide autour du véhicule, pour ôter cette mousse blanchâtre. Quelques secondes plus tard, la machine stoppe à nouveau. Passablement agacée à la vue du savon encore dégoulinant sur ma carrosserie, je rechigne à glisser la dernière pièce d’un euro nichée au fond de ma poche, et j’entame une course effrénée afin d’écarter le moindre centimètre carré de mousse.

Opération terminée, j’ai les bras sales, ma voiture semble nette, je peux rentrer chez moi, sereine. C’était sans me douter, qu’une fois sèche, la carrosserie dévoilerait l’inimaginable : ma voiture n’est pas propre. Bien au contraire, la crasse est étalée sur différents endroits, de manière irrégulière et irrévérencieuse.
Soit j’ai sous-estimé la somme investie : 3 euros. Soit je n’y vais pas assez souvent. Soit l’enseigne, qui dit respecter l’environnement, utilise plus de savon pour nous faire dépenser plus de sous (je suis parano, là, non ?).
Dans tous les cas, j’ai gagné le droit de la relaver.
Mais on ne m’y reprendra plus, j’ai une mémoire d’éléphant !

19 sept. 2011

Bref. Mon coup de coeur de la rentrée sur Canal +

En moins d'un mois, la nouvelle minisérie Bref, diffusée sur Canal+, a réuni plus de 600.000 fans sur Facebook (609.201 précisément au moment où j'écris ces lignes). Pour ceux qui l'ignorent, ce format court humoristique est diffusé pendant le Grand Journal, le soir, envers 20h30, et dure moins de deux minutes.
Et ça se résume comme ça : "Dans la vie, au début on naît, à la fin on meurt. Entre les deux il se passe des trucs. Bref c'est l'histoire d'un mec entre les deux..."
Le sujet : les aventures d'un trentenaire (parisien) qui tourne en dérision les choses de le vie, comme la drague, la vie de famille, ou les entretiens d'embauche, avec une voix off . Rien de bien original, et pourtant, le programme cartonne car il est bien écrit, bien joué, et nouveau dans le rythme.
Aux commandes de cette série, deux auteurs : Kyan Kohjandi et Bruno Muschio. Le premier a fait du stand up, le second vient du Jamel Comedy Club. Et la minisérie est également énormément consommée sur l net, ou via les réseaux sociaux.

Bref, elle se picore. Et on adore.

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

6 sept. 2011

Bouygues Telecom et les Lolcats


Tout le monde le sait : mettre en scène des bébés dans une publicité est un gage de réussite pour une marque, car le film plaît et devient facilement mémorisable. Il en est de même pour les animaux, dans une moindre échelle.
Dans sa dernière campagne sur le net, Bouygues Telecom surfe sur le succès des Lolcats, ces petites vidéos de chats tous mignons que l'on s'envoie par mail ou que l'on partage sur les réseaux sociaux. Dans le jargon publicitaire, on appelle ça de la pub virale. D'ailleurs, la marque ne s'en cache pas, bien au contraire : en plaçant dans son argumentaire "C'est parce que nous savons que vous aimez les films sur Internet avec des petits chatons que nous avons fait ce film sur Internet avec des petits chatons", elle joue la transparence.
Le spot met en scène des chats dans un univers professionnel, avec des chefs en réunion, et un centre d'appel où des chatons répondent aux clients.
Effet garanti, la pub est amusante, et la vidéo fait le tour du web.

Vidéo Bouygues Telecom, réalisation : agence DDB, sortie le 1er sept. 2011


Précédée d'un teaser, fin août :

31 août 2011

Yann Barthès, le Jon Stewart français ?


Depuis lundi dernier, Yann Barthès s'est émancipé de sa chronique qu'il tenait depuis quelques années dans l'émission Le Grand Journal, animée par Michel Denisot, en créant un programme à part entière, chaque soir à 20h10. Le Petit Journal est donc devenu grand, lui aussi, en passant de 8 à 20 minutes. Dans son programme, le trublion de la chaîne décortique les plans de communication des politiques, et dévoile ainsi leurs défauts ou leurs petits travers, voire leurs mensonges. Dans la seconde partie de l'émission, après une coupure pub (sic), l'animateur reçoit un invité pour une interview à l'américaine, dans une version promotionnelle un peu trop prononcée.
Ce format n'est pas sans rappeler le "Daily Show" de Jon Stewart, un programme américain qui passe sur la chaîne Comedy Central depuis 1999. Sur le même principe, l'américain brocarde la politique de son pays, à l'aide de séquences choisies, avant de passer à une interview promotionnelle en seconde partie de l'émission.
Reste à savoir si le public français va adhérer à ce format, et les premières critiques publiées par les internautes sur les réseaux sociaux ne sont pas forcément élogieuses.
En tout cas, la formule est en marche, et les spectateurs trouveront certainement leurs marques dans les jours à venir.


Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

17 août 2011

Equipe de France de foot... version 2000

Certains soirs, la chaîne Direct 8, sur la TNT, diffuse des anciens matchs de foot de l'Equipe de France. Pas plus tard que la semaine dernière, je suis tombée sur le dernier quart d'heure du  fameux "France-Italie", finale de la Coupe d'Europe, en juillet 2000. 
L'occasion de revoir Zinedine Zidane qui avait encore un peu de cheveux, et Fabien Bathez qui n'en avait déjà plus. Didier Deschamps avait une crinière à en faire pâlir un lion. 
Mais au delà des caractéristiques capillaires, je me suis intéressée au jeu, et aux belles actions offensives. Rappel des faits : à dix minutes de la fin, la France perd un zéro. A ce stade, elle a laissé la coupe aux italiens, et un avion prêt à décoller d'Allemagne les attend sur le tarmac. C'est quasiment plié. Mais les hommes de Roger Lemerre ne s'avouent pas vaincus, et la fin du match est déconseillée aux cardiaques et aux personnes fragiles. 
Dès le début du temps additionnel, un des commentateurs proclame déjà la victoire de l'Italie, avec cette phrase : "Les bouchons de champagne ont déjà sauté en Italie". C'est ce moment propice que Sylvain Wiltord a choisi pour égaliser, laissant les italiens pantois sur la pelouse.
La suite, on la connaît : un but en or de David Trezeguet, un public qui exulte, des italiens qui cherchent comment reboucher une bouteille de champagne...


J'aimerais bien revoir ça avec le nouveau cru de Laurent Blanc.



1 août 2011

Lentement mais surement


Ce matin, deux dames âgées faisaient leurs courses dans un petit supermarché. Leur caddie est bien rempli, je me pose derrière elles à la caisse, avec mes 3 articles. Tandis que la première range lentement les articles déjà scannés dans les sacs, la seconde semble passionnée par ce travail et observe en silence.
Humm, je sens que ça va être long.
Dans ce cas précis, j'analyse la situation : ont-elles besoin d'aide ? Avec ses mouvements lents et précis, je crois déceler des douleurs articulaires, et la vision d'excroissances osseuses sur ses mains confirme mes craintes. Son dos courbé et ses difficultés pour attraper son caddie parti en vadrouille derrière la caisse sont des signes imparables : cette dame a besoin d'aide. D'autant plus que son amie continue à la contempler sans bouger.
Je dois les aider, c'est évident.
De ma plus belle voix, je tente :
- Voulez-vous un peu d'aide pour ranger vos courses, madame ?

La vieille dame jette un oeil furtif sur ma personne, et me réplique, tout en rangeant son jambon avec 25% de sel en moins et son beurre sans cholestérol :
- Non merci. J'ai un peu de mal avec mon arthrose mais ça va aller. Je vais y aller lentement, c'est tout.

Ah zut je l'ai vexée !
La seconde dame qui l'accompagne continue à considérer avec admiration ce rangement dans le sac, toujours en silence.

Finalement, je peux bien attendre cinq minutes de plus.
Une fois passée à la caisse, je retrouve les deux camarades sur le parking. Une employée du magasin les aide à charger leurs achats dans leur coffre.
Dans mon rétroviseur je les observe, et je ne peux m'empêcher de me poser cette question :
Quand j'aurai leur âge, est-ce que quelqu'un me proposera de l'aide ? Ou est-on condamné à vivre dans un monde de plus en plus individualiste ?

Avec mes questions philosophiques, je sens que je vous ai plombé ce lundi ensoleillé...

24 juil. 2011

Amy Winehouse ne chantera plus "no, no, no..."

Hier soir, sur l'application "News" de mon smartphone, le décès de la chanteuse Amy Winehouse était annoncé à la fois dans la catégorie culture et people. Plus connue pour ses frasques, ses diverses addictions que pour son talent musical, elle est morte hier à Londres, à l'âge de 27 ans.
Puisqu'il faut faire un choix, j'ai sélectionné l'onglet "culture", car je ne retiens d'elle que son talent, ses performances vocales et non ses excès.
La diva de la soul s'est éteinte, sans réellement nous avoir dévoilé l'étendue de son immense talent, et rejoint le club des chanteurs décédés à 27 ans : Kurt Cobain, Jim Morrison, Jimi Hendrix et Janis Joplin.

13 juil. 2011

Zen attitude... ou pas.

La SNCF propose différents services das ses TGV pour s'adapter à sa clientèle, sur certains trajets (Waouh je cause comme dans une brochure publicitaire !). Elle a donc mis en place depuis quelques années des produits spécifiques,  à l'usage d'une clientèle très ciblée. En effet, vous pouvez choisir l'atmosphère d'un train, selon votre personnalité et vos envies. Je m'explique :
- Le TGV ZAP est une ambiance conviviale, où les voitures sont remplies de passager qui jouent à la console de jeux, téléphonent, parlent entre eux et regardent des films.
- Le TGV ZEN, comme son nom l'indique, appelle à plus de calme et de sérénité. Les téléphones portables sont en mode silencieux, les appels doivent être émis en dehors de la voiture, les chuchotements sont de rigueur, les animaux de compagnie sont bannis et il est recommandé aux parents d'enfants bruyants de voyager en TGV Zap.

Tout ça, c'est sur le papier. La réalité est tout autre.
Mes voyages en TGV se font en mode "zen", car j'aime voyager dans le calme, c'est mon côté "mémère". A mon grand désespoir, je rencontre bien souvent des parents avec des gamins qui pleurent, qui hurlent, des bandes de jeunes qui n'ont pas saisi la subtilité du pictogramme représentant un portable endormi, des adolescents qui jouent à la console... Mes regards noirs et appuyés n'y changent rien, je dois me rendre à l'évidence : le voyage ne va pas être zen.
Mais le plus surprenant est ce groupe de personnes âgées rencontré ce week-end. S'ils ont bien assimilé l'idée du téléphone portable coupé - en possèdent-ils un ? -  ils ont en revanche beaucoup moins intégré l'idée de la conversation feutrée.  C'est ainsi que j'ai pu partager avec eux la liste non-exhaustive et peu ragoûtante des multiples effets secondaires engendrés par leurs traitements médicaux respectifs. De la constipation à la diarrhée, en passant par les désagréments de la vessie, tout y est passé. A me faire regretter d'avoir avalé juste avant un sandwich en triangle du Dailymonop.

Non, vraiment, voyager avec le fan-club de Michel Cymes, ce n'est pas une sinécure !

28 juin 2011

Bonjour veaux vaches cochons... et chevaux !


J'ai une confession à vous faire : j'aime beaucoup regarder L'amour est dans le pré, chaque lundi sur M6. Voilà, c'est dit !
Au premier abord, ce programme est un peu niais, j'en conviens. Le but est de suivre une quinzaine d'agriculteurs, célibataires, à la recherche de l'amour, d'où le titre. Pour résumer : la chaîne a diffusé des portraits de chaque participant, et les personnes intéressées ont écrit de longues lettres, parfois enflammées, afin de les rencontrer. Le côté désuet et romantique de la lettre, dans le monde du multimédia dans lequel nous vivons, a quelque chose d'attendrissant.
Ensuite, les agriculteurs sélectionnent les personnes qu'ils souhaitent rencontrer lors d'un speed-dating à Paris. Enfin, dans la dernière étape, le candidat à l'amour choisit deux prétendant(e)s et les invite à son domicile, pour quelques jours.
A ma grande surprise, ces événements ne se transforment pas en "foire aux bestiaux", et au final, c'est plutôt touchant. En effet, ce défilé de portraits, de personnes, de cartes postales de France n'est pas du tout ringard mais empreint de sincérité, d'authenticité et de naturel.
En me relisant, je ne peux m'empêcher de me dire : Jean-Pierre Pernault, sors de ce corps !

Plus sérieusement, ce programme champêtre est crédible, au ton juste, bref, de l'anti "bling-bling".

Je ne suis donc pas étonnée que ce programme soit le nouveau record d’audience de M6, avec à l’écran des personnes naturelles, non rompues au règles de la communication, avec toutes le même objectif : trouver l’amour, et non devenir une star de pacotille. La chaîne peut se targuer de récolter 25% de part de marché chaque lundi soir.
Malheureusement, certaines blagues graveleuses n'ont pas été coupées au montage (pour jouer sur la sincérité ?), mais dans l'ensemble, à part quelques soucis de communication lors des face-à-face, le programme est plutôt plaisant à regarder.



Vidéo : un agriculteur pas très locace.

17 juin 2011

Le côté obscur de la force

Un smartphone ???
Moi ?
Mais pour quoi faire ? Je ne suis pas une "geekette" !
Quelle idée ! Je n'en ai pas besoin.
Et puis changer de portable au bout de deux ans, ce n'est pas écolo.
De plus, l'utilisateur de ce genre d'appareil, en général vissé à l'oreille ou au bout de la main, vit dans son monde, enfermé dans sa bulle et complètement fermé. Pff.
Et en plus, c'est cher.
Cela finit même par m'agacer, tous ces Flashcode un peu gadgets auxquels je n'ai pas accès. Je les vois partout, sur des sites touristiques, sur mes billets de TGV, et même sur ma bouteille d'eau minérale. Et bientôt, la carte fidélité du supermarché que je fréquente ne sera plus ce carré de plastique sur mon trousseau de clé, mais un smartphone.
Gnarf.

Puis mon téléphone portable est passé de vie à trépas.
Et y'a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis.

J'ai donc craqué, et j'ai passé commande d'un nouveau mobile et de l'abonnement qui va avec. Et parce que je n'aime pas faire comme tout le monde, je n'ai pas pris celui avec la pomme croquée.  
Quand le colis est arrivé, je ne l'ai pas ouvert de suite. J'avais mieux à faire et je peux vivre 24 heures sans téléphone.
La suite est facile à deviner : branchement, chargement, mise en main, et le déclic. Waouh !
Au final, je suis pas certaine que ces smartphones rendent "smart" (traduction : intelligent), mais je ne peux déjà plus m'en passer.
C'est d'ailleurs d'une facilité déconcertante pour gérer ce blog, mais aussi mon compte Facebook et Twitter.
Je vous laisse, j'ai un tableau d'Angry Birds à terminer.

7 juin 2011

Brico Degout

Quand je me rends dans un magasin de bricolage, j'ai cette impression bizarre de ne pas être dans mon élément. Un peu comme si je participais à l'émission "Rendez-vous en terre inconnue". La voix douce et chaleureuse de Frédéric Lopez me transporte et me rassure dans un monde nouveau, peuplé de gens étranges, qui poussent leur chariot dans le magasin, savent ce qu'ils veulent, où ils vont et pourquoi ils le font.
Pour moi, c'est tout le contraire. Je ne trouve jamais rien dans ces magasins, tout me parait étrange et mystérieux.
"Vous allez maintenant rentrer en contact avec le peuple des bricoleurs, me susurre Frédéric Lopez à l'oreille. Je vous propose de dialoguer avec un des chefs de leur tribu".
J'entends par là : le chef du rayon, celui à qui je pose moultes questions à chaque fois que je m'y rends. Quand le chef en question rentre dans une logorrhée d'informations, je décroche assez vite.
Dans mon regard, c'est le vide abyssal.
Au final, soit je n'achète pas le bon produit ou la bonne quantité. Et je dois y retourner, pour vivre la même hantise, encore et encore.
D'où ma Leroy Merlinite...
C'est grave docteur ?

22 mai 2011

Musique au volant, accident au tournant ?

"La musique adoucit les mœurs".
Si l'adage est bien connu, il n'en demeure pas moins qu'il ne s'applique pas dans tous les cas. Une étude britannique, mandatée par un équipementier automobile (Halfords), montre que la musique que nous écoutons en voiture influe énormément sur notre manière de conduire.
Hasard de calendrier, cette étude est publiée alors que l’Etat français cherche à diminuer le nombre d’accidents sur les routes. Ainsi, pour ne pas risquer l'accident, l'étude préconise de ne pas écouter de la musique qui favorise une poussée de tension artérielle. En voiture, merci d'oublier immédiatement :
Beastie Boys - SabotageThe Prodigy - Firestarter
Papa Roach - To Be Loved
Kanye West - Stronger
Rachmaninoff - Prélude en do dièse mineur

A contrario, voici la liste (non-exhaustive je suppose) des titres à privilégier :
Vivaldi – Les Quatre Saisons
Adele - Someone Like You
Coldplay - Yellow
Fleetwood Mac - Landslide
Jack Johnson - ­ Breakdown


Jack Johnson ? C'est "LE" CD qui n'a pas quitté mon autoradio depuis des mois. Cet ancien surfeur est devenu un auteur-compositeur-interprète de talent, et un furieux adepte de la défense de la nature. L'année dernière, il a même offert des places de concert à des personnes volontaires pour nettoyer des plages avec lui. Cet ami de Ben Harper remplit les salles lors de ses tournées mondiales. Puisqu'il faut systématiquement mettre les artistes dans une case, je qualifierai sa musique de "folk"


Je ne doute pas un seul instant qu'écouter Jack Johnson en voiture, par temps pluvieux et dans les bouchons permet de relativiser et de s'évader. Mais aussi et surtout se calmer. Je ferme les yeux et je me vois déjà sur une plage de sable fin, regardant la mer pendant des heures...

18 mai 2011

L'affaire est dans le sac !

Les stars sont, pour beaucoup de personnes, des vecteurs de la mode. Je m'explique : encore hier, un article trouvé sur le net relate l'influence de Pippa Middleton en la matière. Pippa qui ? Mais la soeur de Kate, voyons ! Rassurez-vous, je ne connais son existence que depuis hier. Bref. Là n'est pas le sujet.



Donc, Miss Pippa a un beau sac à main, et ça c'est pas du pipeau !
Un accessoire de toute beauté, de couleur gris-beige qui coûte la "modique" somme de 200 dollars, hors frais de port.
Les anglaises et autres fashions victims s'arrachent le sac, si bien que l'objet est en rupture de stock dans les magasins et sur Internet. Pippa Middleton est devenue, en l'espace d'un mois à peine, une femme influente, (ou un produit marketing ?), et l'égérie de la marque de maroquinerie Modalu.



Cela me donne des idées...
Et si moi aussi, je posais avec un sac, l'air de rien, histoire de faire le buzz. Pour que plein de moutons filles, puissent rêver un peu, et s'approcher de l'inaccessible : la vie d'une blogueuse !

C'est avec ce magnifique sac que je déambule les allées de Cora, Auchan, ou même Leclerc ! Avec ses couleurs basiques et sa grande capacité de stockage, ce modèle plait à toutes les filles qui aiment allier la corvée des courses et l'efficacité. Oubliez le look "executive woman" et optez pour ce porté-main qui vous rendra bien des services. De plus, vous ne passerez pas inaperçue en longeant les têtes de gondoles.
Existe aussi en version M&M's.

6 mai 2011

Juste une illusion

Cela nous est tous arrivé à un moment donné.
On est en voiture, en ville, dans les bouchons, et on zappe de station de radio en station de radio, machinalement.
On entend le flot de paroles débitées par les animateurs d'une oreille pas très attentive, les yeux rivés sur la route et ce qui nous entoure. On avale au fur et à mesure ce que diffusent les ondes, on absorbe ce que l'on peut.
Toutes ces infos nous submergent, comme une vague qu'on ne peut pas arrêter.
- Ben Laden a été tué par un commando, et on ne verra pas de photos
- Procès des hormones de croissance, acquittement général
- Quotas dans le football, encore une nouvelle révélation : graphiques à l'appui !
- Le ministre de la défense annonce des renforts dans la Police là-même où il les avait supprimés
- Lady Gaga va sortir un disque (oh, non, pitié...)
- Les écarts de salaires se creusent entre les riches et les pauvres
- Bilan du président de la République 4 ans après son arrivée : il est au plus bas dans les sondages, mais c'est de la faute à la crise.

STOP. Mon cerveau n'en peut plus, il sature. Crispée sur mon volant, je rejette ce trop-plein d'infos, et zappe frénétiquement jusqu'à trouver une radio musicale, n'importe laquelle, la première qui ne parle pas, mais chante !
Enfin, je la trouve. Les premières notes, plutôt entraînantes, m'apaisent. Puis je me surprends à dodeliner de la tête, et à sourire.
Oui, et si tout cela n'était juste qu'une illusion ?


Je ne résiste pas : ce clip est "kitchissime".... on dirait une parodie, mais non !
Imagination - Just an Illusion par djoik

29 avr. 2011

Le mariage de qui ? (suite)

Bon, j'ai craqué, et j'ai regardé ce "mariage du siècle" pendant au moins un quart d'heure. Mais je me suis ennuyée. Profondément.
Juste avant le week-end, et pour rester dans l'esprit "mariage royal", voici une petite vidéo parodique des lapins crétins. Encore une fois, les créateurs rivalisent d'imagination pour nous faire rire.

Les Lapins Crétins au mariage de Kate et William... par Jeuxactu

27 avr. 2011

Le mariage de qui ?


Depuis quelque temps déjà (trop longtemps pour moi), les médias nous bassinent avec  informent sur le mariage de Kate Middleton et le Prince William. Vous n'avez pas pu y échapper, à moins d'être partis en Antarctique étudier avec précision comment les manchots survivent au réchauffement climatique.
Les journaux nous dévoilent tout ce qu'ils peuvent sur l'événement : comment sera la robe, qui viendra jouer de la musique, qui est invité, qui ne l'est pas - on parle de 600 convives- ce qu'ils mangent, où ils dorment, quel sera l'itinéraire du cortège...
Les réseaux sociaux ne sont pas en reste, puisque Twitter propose de suivre le compte @Britishmonarchy, Facebook sa FanPage, et Youtube des vidéos.
Personnellement, cela ne m'intéresse pas, mais je subis, car même les JT les plus sérieux se mettent au people.

Mais à chaque fois que j'entends parler de ce mariage, ce que d'aucuns appellent "journée historique", j'ai cette chanson de Benabar en tête :
"On s'en fout, on y va pas,
on a qu'à se cacher sous les draps,
on commandera des pizzas,
toi la télé et moi".

20 avr. 2011

Les bouchons...

Hier j'ai rencontré des gens importants.
Ces gens-là ne font pas la une des journaux people, ne créent pas le "buzz" en s'enfermant dans un loft pour exhiber tout ou une partie de leur anatomie, tout en éructant d'un français plus que moyen, non.

Ces gens-là ne font pas attention à leur image médiatique, n'ont pas de plan de comm établi, encore moins de discours "langue de bois" bien huilé.
Ces gens-là sont des personnes ordinaires, comme vous et moi, et elles donnent de leur temps, gratuitement, pour ses associations caritatives.
Si. Puisque je vous le dis.
Hier, j'ai vu des bénévoles (on les appelle comme ça, il paraît) remplir un camion complet de plus de huit tonnes de bouchons en plastique. Ces simples petits bouts de plastique seront revendu pour être recyclés. L'argent sert à financer du matériel pour les personnes handicapées. C'est un engagement citoyen, solidaire, écologique, et voir ces personnes travailler dans la bonne humeur, ça fait plaisir.

Site officiel : bouchons d'amour

12 avr. 2011

Renaud, Renault, pour Nadine Morano, c'est kif kif

Ce matin, Nadine Morano, la ministre de l'Apprentissage et de la Formation professionnelle, n'était pas très bien réveillée lors de son passage dans La Matinale, émission en clair sur Canal plus.
Interrogée sur l'affaire d'espionnage qui secoue la marque au losange, elle a confondu le chanteur Renaud et le constructeur Renault. Un grand moment de solitude ? Pas du tout !
J'admire beaucoup Caroline Roux, la journaliste, pour son professionnalisme, et je lui pardonne d'avoir souri.

Voir la vidéo :

Nadine Morano confond Renault et Renaud

11 avr. 2011

C'est le printemps !

Cela ne vous a pas échappé, le printemps est enfin revenu.
Une profusion de fleurs multicolores envahissent les jardins ainsi que les routes, les pulls à col roulés ont été évincés au profit de tenues plus légères, et la plupart des gens sont d'humeur badine. Bref, on revit !
D'autant plus que les températures actuelles sont supérieures aux normales saisonnières -dixit Météo France-  et que cela ne devrait pas durer. Les signes ne trompent pas : les parkings des jardineries sont bondés, le linge sèche dehors, après de longs mois d'enfermement, les oiseaux chantent le matin d'un volume sonore deux fois plus élévé que la normale, les tondeuses à gazon vrombissent allégrement le samedi matin. Le soir, une fumée blanchâtre apparaît au dessus des cloisons mitoyennes et les effluves de barbecues chatouillent les narines.
Que du bonheur !

Pourtant, au détour d'une rue, en plein soleil, je découvre un laissé pour compte de l'hiver passé. Ce pauvre père Noël pendouille lamentablement sur cette porte de garage, en plein mois d'avril.

Cherchez l'erreur.


30 mars 2011

Un malabar mis au placard


Tous les mois, les chiffres du chômage tombent, et font l'objet d'un article ou d'un reportage dans la presse. Mais il y a un chômage beaucoup plus insidieux, dont on ne parle pas : la mise au placard des représentants des marques enfantines.
Vous vous souvenez de Groquik, le personnage grassouillet et sympa qui a rythmé notre enfance en nous proposant de boire du Nesquik ? Viré, comme ça, du jour au lendemain. Son crime ? Son embonpoint ! Mais oui, la pauvre mascotte donnait une mauvaise image de la marque. Le bonhomme laissait sous entendre qu'on deviendrait "gros" avec cette poudre de cacao. Il a  alors été remplacé par Quicky, un lapin prétentieux, maigre comme un clou, mais dynamique !

C'est exactement ce qui arrive cette semaine à un autre personnage, Malabar. Après  42 annuités, l'athlétique représentant de la marque a fait valoir ses droits à la retraite, comme le veut la formule. Il a été remplacé par le chat Malbulle, un adepte de la cool attitude, et plus proche de la cible, les 8-12 ans.


Autant vous le dire, l'arrivée de ce felin provoque des remous sur la toile. Sur la page officielle de la marque Malabar, les fans Facebook s'en donnent à coeur joie et fustigent l'imposteur. Mais ce n'est rien à côté de la virulence des propos que j'ai lu sur Twitter.
Encore un truc de mon enfance qui fout l'camp !
Quand y'en a marre....y'a un placard !

24 mars 2011

Réactivité VS radioactivité


Tandis que le gros nuage radioactif sans danger surplombe le pays, je prends le risque de sortir pour me rendre à la bibliothèque municipale de ma ville, pour une rencontre organisée avec une auteur de la région. C'était inéluctable, depuis l'accord de Schengen, les nuages ne sont plus stoppés par les frontières... alors pourquoi éviter l'inévitable ?
Revenons à ma bibliothèque. Je m'attendais à trouver un espace feutré et silencieux, mais dès l'entrée, je vois deux enfants postés devant des ordinateurs, parlant bruyamment. Les adultes qui choississent leurs livres au détour des rayons ne sont pas en reste : sonneries de portables criardes, conversations partagées par tous.
Mais bientôt mon regard se pose sur un livre mis en valeur sur une petite table de l'entrée. Sur son chevalet, le bouquin est épais et imposant. Le sujet ? une biographie d'Elizabeth Taylor, décédée quatre heures plus tôt.  
Là je dis bravo : quelle réactivité !

20 mars 2011

Carré Viiip sur TF1 : pathétique


Vendredi soir, 21 heures et quelques minutes. Je rentre chez moi, et je m'affale sur le canapé. J'appuie sur une touche de la télécommande, et c'est TF1 qui apparaît. Bon, c'est mal parti. Une émission de télé-réalité. Encore. Elle s'appelle Carré Viiip, avec trois "i" comme dans le mot idiotie. Je décide tout de même de rester 5 minutes sans zapper, curiosité malsaine oblige ! Je sais que mon cerveau ne sera pas endommagé si je reste en deça de 30 minutes d'exposition. Si j'ai bien compris, des ex-candidats de télé réalité vont entrer dans une maison, un loft, appelez ça comme vous voulez, avec d'autres inconnus qui rêvent de célébrité. Cela sent le déjà vu.
Sur le canapé du studio, deux garçons dont j'ignore le nom, annoncent que depuis Secret Story, les projets fusent. Ah, ah. Ils déclarent tout de go être en train d'écrire une pièce de théâtre. Je ricane, Molière n'a qu'à bien se tenir. Le public, enflammé par cette idée, applaudit avec véhémence, tel une brochette d'otarie qui attend la distribution de poisson. 
J'attends avec impatience de voir sur le Zapping de Canal +  le français massacré par ces apprentis-célèbres-artistes (rayer les mentions inutiles)
En attendant, je préfère éteindre la télé. Même pas envie de connaître les autres candidats, à quoi bon ?
Un écran noir, y'a que ça de bon, parfois.

13 mars 2011

De quoi j'me mail ?

- Ah non, mais tu comprends, je lu ai envoyé un message via la messagerie de Facebook, et il ne m'a pas encore répondu !
- Il n'a peut-être pas encore eu le temps de lire ses mails...
- Ah mais non, justement, car je suis allée voir sur son mur. Et je suis dégoûtée car il a répondu à une publication d'une copine, justement, hier soir ! donc, il y est allé et il a vu mon mail. Tu comprends, moi, je supporte pas qu'on ne réponde pas à mes mails dans la journée. Je trouve ça insupportable !

Je ne peux pas m'empêcher d'écouter la conversation de deux amies assises à côté de moi, dans ce restaurant du centre ville que j'affectionne tout particulièrement. La cuisine y est bonne et pas chère, ce qui devient rare, mais je m'y trouve à l'étroit, car chaque centimètre carré est optimisé. Les tables sont donc collées les unes aux autres comme dans une boîte de sardines, et la promiscuité me contraint à saisir des bribes de conversation.

- Ne t'inquiète pas, répond sa bonne copine, il va te répondre ce soir, ou te téléphoner
- Mouais, ça m'étonnerait, renchérit la brune. Il est toujours flanqué sur Facebook, il m'aurait déjà répondu s'il le voulait vraiment.


On vit une époque formidable. Une époque où la rapidité et l'instantané ont pris le pas sur l'inattendu. Un monde formaté où les mails et les SMS s'enchaînent à vitesse grand V, où les informations parviennent à tout moment de la journée, et les gens ont toujours l'air aussi insatisfaits. Les facilités de communication actuelles sont indéniables, pourtant on ne communique plus vraiment, la situation est paradoxale. Ce que je veux dire, c'est qu'avec un email, un SMS, une publication sur son mur Facebook, ou encore un Tweet, nous avons la possibilité de passer une information en deux secondes, mais rien ne remplace une discussion en face à face.

Quand j'étais étudiante, j'habitais en résidence universaitaire. A l'époque, les téléphones portables en étaient à leurs premiers balbutiements, réservés aux élites fortunées. Alors on se glissait des mots sous la porte, on discutait dans les couloirs, ou autour d'un café, ou en attendant son tour à la cabine téléphonique. Oui, patienter devant la cabine téléphonique, à carte, je précise, était une occupation chronophage. Je crois que je n'ai jamais autant parlé qu'à cette période de ma vie. Les petits mots que je découvrait sous ma porte n'attendaient pas forcément de réponse écrite de ma part, mais c'était une invitation à ne pas couper les liens et voir la personne de visu dès que l'occasion se présentait. Je me demande bien à quoi ressemble une résidence universitaire en 2011, avec le wi-fi et les portables.
C'est chacun dans son coin ? 

Je me suis donc bien gardée d'insuffler mes réflexions à ma voisine de table, ne voulant pas agraver son cas, plus qu'anxiogène.

8 mars 2011

Journée de la "meuf"


A l'occasion de la journée de la femme, je voulais vous parler d'un site, pour être plus précise : un blog, ouvert depuis juillet 2010.
Il s'agit de vie de meuf. A l'instar du site plus connu "Vie de merde", ce blog initié par le collectif "Osez le féminisme" propose aux internautes féminines de poster leurs remarques sur la vie quotidienne. Une bonne idée de site participatif, souvent drôle, afin de faire passer plus facilement le message militant.

Lien : http://viedemeuf.blogspot.com/

3 mars 2011

Scènes de ménages, la nouvelle poule aux oeufs d'or de M6

Le programme Scènes de Ménages, sur M6, n'en finit plus de séduire les téléspectateurs. Mercredi soir, à 20h10, il a réuni plus de 4 millions de fidèles, soit 15.5% de part d'audience, selon Médiamétrie. En un an, l'audience a augmenté de 35 %, au grand dam de Laurence Ferrari et de son JT de 20 heures qui en fait les frais.

Cette série met en scène 3 couples de générations différentes, sans liens entre eux. D'abord Marion et Cédric, les trentenaires, dans leur petit appartement. Ensuite Liliane et José, les quinquagénaires, et enfin Huguette et Raymond, les septuagénaires. Les saynètes sont courtes, dynamiques, bien écrites, très drôles et souvent justes. Mais c'est surtout bien joué par une brochette de bons acteurs, pour la plupart peu connus du grand public, à part Marion Game (Huguette) et Gerard Hernandez (Raymond).
Une trentaine d'auteurs travaillent à l'écriture de ce programme d'origine espagnole, adapté à la sauce française. Le succès d'audience sur "la ménagère de moins de 50 ans" conforte donc M6 dans ces choix, et lui permet des rentrées de revenus publicitaires honorables.

D'ailleurs, le pôle humour de la chaîne ne compte pas en rester là, car un quatrième couple avec un  bébé est envisagé pour la prochaine saison, qui sera diffusée en septembre 2011. Il se murmure que la production va tourner ce printemps sur un  paquebot de croisière avec tous les acteurs en prévision d'une diffusion en prime-time. Une manière sympathique et originale de se renouveler, et surfer sur le succès.

Site officiel M6


Scènes de ménages Saison 2 - ep302
envoyé par M6Video. - Court métrage, documentaire et bande annonce.

23 févr. 2011

Un journaliste postule à la présidence de la FIFA

Grant Wahl n'est pas connu du grand public, et pour tout vous dire, hier, je ne le connaissais pas non plus. Ce journaliste américain de 37 ans, qui officie pour le magazine Sports Illustrated, présente sa candidature  à la présidence de la FIFA . Face à lui, Sepp Blatter, 74 ans et déjà 12 ans de mandat à la tête de la grande instance du football, quasiment indéboulonnable.
Ce grand reporter pointe les dysfonctionnements au sein de la FIFA, comme par exemple la sous représentation des femmes, ou encore les propos homophobes du président. Il dénonce également les récentes attributions de Coupe du Monde 2018 et 2022, et le soupçon de corruption qui en découle.
Son programme dénote complètement de ce qu'on a pu entendre par ailleurs, il propose de véritables changements, par exemple :
- pas plus de deux mandat de présidence
- rétablissement du vote pour chaque pays membre
- utilisation de la vidéo pour voir si le ballon a franchi la ligne (un serpent de mer, la vidéo...)
- l'organisation de conférences de presses pour les arbitres, après les matchs (ça risque d'être animé)
- supprimer le carton jaune pour le joueur qui enlève son maillot après avoir marqué un but
Ses idées ne sont pas farfelues, loin de là, mais à part les autres journalistes et les supporters, pas grand monde ne le soutient.

C'est le pot de terre contre le pot de fer ? Pour l'instant sa candidature n'est pas encore validée.
Réponse le 1er juin prochain

17 févr. 2011

Les blogueurs soutiennent les Restos du coeur

Loin de moi l'idée de vous imposer un billet sponsorisé, mais aujourd'hui, c'est pour la bonne cause.
Comme chaque année, les Restos du Cœur organisent une collecte dans tous les hypermarchés et supermarchés de France les 4 et 5 mars prochains.
Et pour chaque billet publié sur un blog, Danone et Carrefour offriront 10 repas aux Restos du Cœur. Au delà du bon coup de communication institutionnelle que s'offrent ces deux marques, l'enjeu est de mobiliser un maximum de blogueurs pour relayer cette information.
La réalité fait froid dans le dos : l'association existe depuis 26 ans, et en 2010, elle a servi 103 millions de repas à 830.000 bénéficiaires. Et dire qu'au départ, cela devait être du temporaire, comme l'indique cette citation de Coluche sur Europe 1, en 1985 :
« J’ai une petite idée comme ça (…) un resto qui aurait comme ambition, au départ, de distribuer deux ou trois mille couverts par jour ».


http://www.restosducoeur.org/

14 févr. 2011

Carnet de route d'un samedi ordinaire

Tel un pèlerin sur les chemins de Saint Jacques de Compostelle, j’ai suivi l’itinéraire avec les autres. Le chemin était fléché, tout le monde allait dans le même sens, plus ou moins à la même vitesse. Pour certains, c’est une expérience enrichissante, pour d’autres, comme moi, c’est une épreuve à surmonter. Le voyage semble long, mais au final, je la trouve dans un coin, avec ses semblables, ses cousines de formes et de couleurs différentes. Pour se rapprocher de ce graal, j’ai dû accélérer le pas, et doubler d’autres voyageurs un peu plus lents.

Ahhh, je la vois et je la touche enfin. Elle est comme je me l’étais imaginée, un peu blonde, avec un nom à consonance suédoise. Je veux bien entendu parler de ma commode Malm ! Oui, cette épreuve dont je parle, c’est un pélerinage chez IKEA le samedi après-midi. Parce que trouver sa commode dans le parcours fléché du magasin, c’est de la rigolade à côté de ce qui m’attend :
- Trouver l’emplacement 5 de l’allée 9, et vérifier que l’objet est en stock
- Ressortir chercher un charriot, et se casser le dos en posant le carton dans le caddie
- Revenir avec ledit charriot, faire la queue aux caisses sans caissières (bienvenue au 21e siècle !)
- Se contorsionner avec la douchette de la caisse pour scanner le code-barres de la commode, qui, forcément, est en dessous du caddie, et payer
- Retrouver a voiture sous le crachin du nord, et de recasser le dos en chargeant le coffre
Assez d’émotions pour aujourd’hui, je décide de monter le meuble le lendemain, dimanche. Je pense que je serai plus zen, c’est une sage décision.

 Et au déballage, c’est le drame : un élément du montage n’est pas le bon, erreur d’emballage à l’usine, je suppose.
Comment dit-on Pù#@* en suédois ?


7 févr. 2011

Décès de Gary Moore : hommage

Le guitariste irlandais Gary Moore est décédé hier, à l'âge de 58 ans.
Après avoir joué dans plusieurs groupes (Skid Row,Thin Lizzy), il s'est essayé à une carrière solo, essentiellement dans le blues électrique.
Sa disparition va donner le "blues" à pas mal de gens...

5 févr. 2011

Volkswagen passe du côté obscur de la Force

Pour les américains, le Super Bowl est l'événement sportif de l'année, d'ailleurs 106 millions de personnes seront devant leur écran demain soir. L'occasion pour les annonceurs de placer leurs spots de pub à des prix exorbitants, et pour sortir du lot, les agences rivalisent de créativité.
Je me souviens, quand j'étais ado, j'adorais regarder Culture Pub, et tous les ans, le spécial "Super bowl" me fascinait : un best-of des pubs les plus créatives du moment.
Mais en 2011, internet et les réseaux sociaux nous permettent de découvrir le spots avant leur diffusion. Depuis quelques jours, c'est le film pour la nouvelle Volkswagen Passat qui fait le buzz. On y voit un enfant, déguisé en Dark Vador, qui tente d'utiliser la Force devant ses jouets, en vain, puis devant le nouvelle Passat. Tout y est, la musique, les effets spéciaux, et c'est plutôt réussi, car amusant et touchant.

2 févr. 2011

La complainte de la ménagère de moins de 50 ans


L'actualité internationale n'intéresse pas la "ménagère de moins de 50 ans". Ce sont les chiffres qui parlent : les audiences des JT de 20 heures sont en baisse depuis début janvier, selon médiamétrie. Hier, TF1 a réalisé son plus mauvais score depuis 1996. Ce qui se passe en Egypte ou en Turquie semble loin de ses préoccupations. Mais au fait, qu'est-ce qui intéresse cette fameuse ménagère ? Réponse : son pouvoir d'achat, l'éducation, la neige en décembre, bref, ce qui à trait à son quotidien. Exit tout ce qui se passe en dessous de la méditerranée. Point barre. Après ses heures de bureau, après les courses, après avoir vérifié les devoirs des enfants, elle favorise les reportages lisses de 100% Mag sur M6, et elle s'entiche des personnages de Poubelle la vie Plus belle la vie. La ménagère serait-elle une bécasse en puissance ?
Je trouve cette vision assez simpliste. D'abord, je n'aime pas la formule "ménagère de moins de 50 ans". Cet aphorisme simpliste, issu des cerveaux des spécialistes du marketing des années 60, m'horripile. Cette hyperbole m'exaspère, à cause de tous les sous-entendus qu'elle génère. Mais pas question de jouer la féministe aujourd'hui dans ce billet.
J'ai un autre point de vue :et si la "ménagère" était moins idiote qu'elle n'y parait ? Et si son désamour de la messe du 20 heures tenait au fait qu'elle s'informe, mais à d'autres moments de la journée et par d'autres moyens : radio, chaînes d'info en continu, magazines, Facebook, Twitter, et Internet en général. Donc le soir, elle privilégie des moments de détente.

Haro sur les préjugés !

28 janv. 2011

Instinct maternel

Au détour d'un rayon du supermarché, je les croise. C'est monsieur qui pousse le caddie. Il ne doit pas avoir plus de 20 ans. Madame, quant à elle, le suit d'un pas lent. Elle tient contre sa poitrine une couverture. Elle me semble bien jeune pour avoir un enfant, mais je ne la juge pas. On devine que le nouveau-né, bien emmitouflé, doit avoir chaud. Je ne distingue rien, mais vu la taille, je ne lui donne pas un mois. Ce lien qui unit un bébé et sa mère est touchant. Cet instinct de protection naturel, geste inné, m'émeut.
Je continue mes emplettes, et fonce d'un pas rapide à la caisse. En déposant mes articles sur le tapis, je me tourne pour voir qui est derrière moi. Ce sont eux, les jeunes parents. Ma curiosité (malsaine ?) me pousse à poser un regard sur ce nourisson, toujours lové dans les bras de sa génitrice, objet de tant d'attention et d'affection.
J'esquisse un sourire pour cacher mon indiscrétion. La jeune mère me sourit à son tour. Je me penche doucement vers le plaid. Elle se tourne vers moi, et là, je le distingue pleinement.
DIANTRE ! 
C'est un chiot !!!
Vite, il faut chercher un truc à dire, un truc intelligent, compréhensible, en phase avec la situation.
- Ooooh !
C'est tout ce que j'ai su sortir. Un "Oh" qui touche plutôt vers le "Ah" !
Je me ressaisis.
- Il a quel âge ?
- un mois. Il a été abandonné par sa mère, je le nourris au biberon.
Puis elle enchaîne sur des détails plus intimes, les nuits difficiles, les biberons la nuit, les insomnies, etc. Monsieur m'explique qu'ils sont bien organisés, se relaient à tour de rôle, mais que la fatigue est là quand même.
Mon tour est arrivé, je paye, j'emballe mes courses, et je leur dit au revoir.
Entre temps, le "petit" s'est rendormi.
Et je me sens bien idiote, sur ce coup...
La curiosité est-elle donc bien un vilain défaut ?

25 janv. 2011

Si mon chat était sur Facebook...

L’autre jour, alors que je regardais mon chat glander dormir, je me suis mise à imaginer quel serait le contenu de sa page Facebook, si elle en avait une. Mais oui, pourquoi pas ? Tout le monde est sur Facebook, pourquoi pas mon chat ?
D’abord, elle utiliserait un pseudo. Pas question de dévoiler son vrai nom. D’ailleurs, c’est quoi son vrai nom ? Ses maîtres usent souvent de ridicules sobriquets pour l’appeler. Alors ce sera : Madame Minou.

Madame Minou parlera d’elle à la troisième personne (les chats ont un égo surdimensionné). Un peu pour se donner de l’importance, de la hauteur, et, quoi qu’on en dise, de la contenance.
La photo ! C’est un choix cornélien. Afficher une photo d’elle quand elle était « jeune », sur son profil, l’idée est tentante, mais pas crédible. A presque 11 ans, ses poils de vieux chat la trahissent. Elle évitera donc l’image de profil. De face, c'est parfait !

C’est bien connu, derrière un PC, on peut dire ce que l’on veut. Alors on enjolivera la vérité sur certains points. Donc dans les infos, elle se contentera de se décrire en « chat européen », parce que chat de gouttière c’est pour les pouilleux.
Activités et intérêts : sieste, manger, regarder les oiseaux.
Infos : Madame Minou, née en 2000. Poils gris
Groupes auxquels elle appartiendrait :
- Faire ses griffes sur le mobilier de la maison pour emmerder ma maîtresse
- Pour que ma gamelle soit toujours remplie à la même heure
- Uriner sur le paillasson et faire comme si c’était pas moi
- Sauter sur le lit en pleine nuit et réveiller son maître
- Un jour les chats domineront le monde, mais pas demain, y'a sieste (existe vraiment : Lien Facebook)

Les statuts sur le mur seront mis à jour quand elle ne dort pas (donc pas souvent)
- Madame Minou a été réveillée par le camion poubelle : connard !
- Ne comprend pas pourquoi l’autre idiote lui donne des croquettes à la place de sa pâtée.
- Va renverser des grains de litière partout dans la cuisine
- Regarde par la fenêtre et s’ennuie. Se demande si le rideau résiste aux griffes de chat
- Cherche une connerie à faire….

Finalement, les chats ne seraient pas plus intéressants que nous sur Facebook...

19 janv. 2011

Zero de conduite : les chauffards à l'honneur sur M6


Hier soir, j'ai regardé "Zero de conduite", sur M6. L'émission propose à des mauvais conducteurs, de passer différents tests en situation réelle ou sur circuit, afin de juger leurs incapacités progrès au fil des émissions.
Tous ces personnes sont titulaires du permis de conduire, le vrai, pas celui en cadeau dans le baril de lessive Bonux.
Les péripéties des conducteurs sont suivies par quatre personnes qui les jugent : une monitrice d'auto-école, un présentateur télé, un psychologue, et un gendarme sans moustache (ça, pour le coup, c'est louche !)
Pourtant, je me demande comment tous ces candidats caricaturés ont réussi, un jour, à obtenir le fameux papier rose. En effet, certains d'entre eux confondent leur droite et leur gauche, tandis que d'autres ont une conduite dangereuse, parce que trop rapide ou trop lente. Je n'ai pas la prétention d'être la reine de la conduite, mais les croiser un jour serait un cauchemar éveillé.
Je me demande où M6 sont allés les chercher !
Ma préférée, c'est Kelly. Elle vient du Pas-de-Calais (ça s'entend un peu quand même, hein !). Sa conduite est rapide, nerveuse, et dangereuse. Elle se maquille au volant, envoie des SMS sur l'autoroute, et elle ne maîtrise pas le créneau (liste non exhaustive). Ah, j'oubliais : elle est en plus très vulgaire ! Elle insulte copieusement les autres automobilistes, car, bien sûr, ce n'est jamais de sa faute. Dans l'émission d'hier, elle a ruiné deux voitures. Peut-être plus, en fait je sais pas, je me suis endormie.

La sécurité routière ne doit pas cautionner ce genre de spectacle ! Oui, le mot est juste, c'est bel et bien du spectacle.


Zéro de conduite : Kelly s’initie au créneau
envoyé par M6. - Découvrez plus d'émissions de télé et de vidéos du web.

17 janv. 2011

Aquanotes, l'invention insolite mais utile

Vous n'imanigez pas comment il m'est difficile de trouver des idées de billets d'humeur réguliers avec cette actualité morose. Toutes ces (mauvaises) nouvelles sont une chape de plomb pour moi.
Alors quand j'ai une idée, je la note sur le premier bout de papier qui me tombe sur la main, avant d'y revenir plus tard.
Bien souvent, les idées me viennent en voiture, dans les embarras de circulation de la ville, donc il est impossible pour moi de les écrire, je compte dans ce cas là sur ma mémoire parfois défaillante. Autre source d'inspiration : la douche ! C'est fou le nombre d'idées qui nous viennent dans la salle de bain.
Et là, c'est l'angoisse : comment griffonner cette idée ?
Avec de la buée sur le miroir ? Non, trop éphémère.
Avec le tube de dentifrice ? Non, trop compliqué.
Avec un crayon khôl sur le carrelage mural ? Non, trop sale.

Je viens de découvrir la solution : un carnet de notes waterproof ! Son nom ? Aquanotes.

Pour 7 dollars, vous pouvez acquérir cet objet sur un site anglais, http://www.myaquanotes.com/.
Si avec ça la panne d'inspiration revient, c'est vraiment de la mauvaise foi !